Petit glossaire d’acoustique

Acoustique :

L’acoustique est la science du son, ce qui inclut sa production, son contrôle, sa transmission, sa réception et ses effets. Elle fait notamment appel à des notions de mécanique des fluides, de mécanique vibratoire, de mécanique du solide déformable et de thermodynamique.

Aire d’absorption acoustique équivalente d’une salle :

Exprimée en m², c’est l’aire fictive d’une surface totalement absorbante qui, si elle était le seul élément absorbant de la salle, donnerait la même durée de réverbération que cette salle. Elle caractérise les capacités d’absorptions de cette pièce.

Bande d’octave :

Les bandes d’octave ou de tiers d’octave sont, en acoustique, des bandes de l’échelle des fréquences permettant une analyse simplifiée, d’un bruit par exemple.
Les bandes d’octave ou de tiers d’octave sont à largeur relative constante Δf/f correspondant au processus de l’audition humaine. Ainsi on a une octave de 100 à 200 Hz (largeur 100 Hz) mais aussi une octave entre 10000 et 20000 Hz (largeur 10000 Hz).

Bruit :

Un bruit désigne en général un son qui n’est pas agréable.

Bruit aérien :

Bruit dont le moyen de transmission est l’air.

Bruit ambiant :

Bruit total existant dans une situation donnée pendant un intervalle de temps donné. Il est composé de l’ensemble des bruits émis par toutes les sources proches et éloignées.

Bruit impulsionnel :

Bruit consistant en une ou plusieurs impulsions d’énergie acoustique, ayant chacune une durée inférieure à environ 1 s et séparée(s) par des intervalles de temps, de durées supérieures à 0,2 s.

Bruit particulier :

Composante du bruit ambiant qui peut être identifiée spécifiquement et que l’on désire distinguer du bruit ambiant notamment parce qu’il est l’objet d’une requête. Ce peut être, par exemple, un bruit dont la production ou la transmission est inhabituelle dans une zone résidentielle ou un bruit émis ou transmis dans une pièce d’habitation du fait du non-respect des règles de l’art de la construction ou des règles de bon usage des lieux d’habitation.

Bruit résiduel :

Bruit ambiant, en l’absence du (des) bruit(s) particulier(s), objet(s) de la requête considérée. Ce peut être par exemple, dans un logement, l’ensemble des bruits habituels provenant de l’extérieur et des bruits intérieurs correspondant à l’usage normal des locaux et équipements. 

Bruit rose :

Bruit normalisé dont le niveau est constant par bande de fréquences.

Bruit route :

C’est un bruit normalisé. Il sert de référence pour les bruits routiers et ferroviaires. Il est enrichi en basses fréquences et appauvri dans les hautes par rapport à un bruit rose.

Bruit solidien :

Bruit dont le moyen de transmission est un solide (le sol, un mur etc..), ces matériaux rayonnent ensuite un bruit aérien. 

Clarté 80 (C80) :

Ce critère, défini par Reichardt, est le rapport entre l’énergie comprise dans les 80 premières millisecondes de la réponse impulsionnelle après l’arrivée de l’onde directe (pris comme temps 0) et l’énergie du reste de cette réponse. Il établit une relation entre l’appréciation subjective et l’effet d’intégration auditive de l’énergie des sons réfléchis.

Clarté 50 (C50) :

Ce critère, tout comme la clarté 80, est calculé à partir du rapport des énergies présentes avant et après 50 ms dans la réponse impulsionnelle. Le seuil de 50 ms est utilisé surtout pour la parole et peu pour la musique.

Coefficient d’absorption acoustique α :

Lorsqu’une onde sonore rencontre un matériau, une partie de cette onde est transmise par ce matériau, une partie est absorbée et enfin, une partie de cette énergie est réfléchie. Le coefficient d’absorption désigne la proportion d’énergie qui n’est pas réfléchie, il varie de 0 pour une absorption nulle à 1 pour une absorption totale.

Correction acoustique :

Il s’agit de modifier, ou d’ajouter certains matériaux ou objets afin de modifier les caractéristiques acoustiques d’une pièce, telles que son temps de réverbération par exemple.

Décibel :

Le décibel est l’unité de mesure de l’intensité sonore.

Définition :

On utilise également le paramètre « Définition » (D) d’indice 50 qui n’est autre que le rapport E50 / Etot.

Durée ou temps de réverbération Tr :

Durée, en secondes, que prendrait le niveau de pression acoustique pour décroître de 60 dB après l’arrêt de la source sonore.

Early Decay Time (EDT) :

L’Early Decay Time est en quelque sorte un temps de réverbération court calculé sur la décroissance des 10 premiers décibels. L’EDT est mesuré entre 0 et -10 dB et rapporté à 60 dB de décroissance. L’idée de limiter la dynamique de la mesure du TR à 10 dB provient du fait que, lors d’un concert, l’oreille n’a que rarement la possibilité d’entendre la décroissance du son sur une grande dynamique. Sa valeur est à comparer au résultat du TR60, elle révèle la balance entre l’énergie précoce et l’énergie totale. Plus l’énergie est concentrée dans le début de la réponse (son utile) plus la pente sera forte et donc plus l’EDT correspondant sera court. L’EDT a l’avantage de mieux tenir compte de l’influence des premières réflexions et d’être proche du jugement subjectif des spectateurs.

Emergence :

Modification temporelle du niveau du bruit ambiant induite par l’apparition ou la disparition d’un bruit particulier. Cette modification porte sur le niveau global ou sur le niveau mesuré dans une bande quelconque de fréquence.

Fréquence :

La fréquence est une mesure du nombre d’oscillations par seconde d’une molécule d’un gaz de l’air ou d’une membrane par exemple. Son unité est le Hz (hertz). Plus la valeur est basse, plus le son est grave, plus la valeur est élevée, plus le son parait aigu. Les sons audibles s’étendent pour un jeune être humain de 20 à 20000 Hz.

Indice d’affaiblissement acoustique Rw (C ;Ctr) (en dB) :

Cet indice donne la performance de la paroi séparative testée entre deux locaux. Elle est calculée par rapport à une courbe de références. En France, la prise en compte de l’affaiblissement aux bruits intérieurs (mesuré à l’aide de bruit rose) se fait en calculant l’indice Rw + C, et l’affaiblissement aux bruits extérieurs (mesuré à l’aide de bruit route), en calculant l’indice Rw + Ctr.

Indice statistique L1 L10 L50 L90 :

Lorsque le bruit n’est pas stable, il est plus réaliste de la caractériser par :

  • L1 : niveau dépassé pendant 1 % du temps ;
  • L10 : niveau dépassé pendant 10 % du temps ;
  • L50 : niveau dépassé pendant 50% du temps ;
  • L90 : niveau dépassé pendant 90% du temps.

Isolement acoustique brut, D:

Différence, en décibels, des niveaux des pressions acoustiques moyennes produites dans deux salles par une ou plusieurs sources de bruit situées dans l’une d’elles.

Isolement acoustique standardisé pondéré, DnT,A ou DnT,A,tr (en dB) :

Isolement acoustique, en décibels, entre deux pièces ou entre l’extérieur et l’intérieur d’une pièce. Cette valeur, mesurée à l’aide bruit rose ou de bruit route (DnT,A,Tr)  est corrigée par le temps de réverbération de la pièce de réception.

Libre parcours moyen :

En physique, le libre parcours moyen est la distance moyenne parcourue par une particule se déplaçant (telle qu’un atome, une molécule, un photon) entre deux impacts successifs (collisions) 1 modifiant sa direction, son énergie ou d’autres propriétés. Dans une cavité vide de volume V et de surface intérieure S, le libre parcours moyen d’une particule rebondissant sur ses parois est :

Niveau acoustique fractile, LAN,t :

Par analyse statistique de LAeq courts, on peut déterminer le niveau de pression acoustique pondéré A qui est dépassé pendant N % de l’intervalle de temps considéré, dénommé «Niveau acoustique fractile» ou « Indice Fractile ». Son symbole est LAN,t par exemple LA90,1s est le niveau de pression acoustique continu équivalent pondéré A dépassé pendant 90 % de l’intervalle de mesurage, avec une durée d’intégration égale à 1 s.

Niveau de pression acoustique continu équivalent pondéré A, LAeq,T :

Valeur du niveau de pression acoustique pondéré A d’un son continu stable qui, au cours d’une période spécifiée T, a la même pression acoustique quadratique moyenne qu’un son considéré dont le niveau varie en fonction du temps.

Niveau de puissance acoustique Lw:

Dix fois le logarithme décimal du rapport de la puissance acoustique d’une source, P, à une valeur de référence, P0, exprimé en décibels

Lw= 10*log(P/P0) en dB            avec P0= 1 pW

Onde :

Une onde est un phénomène de propagation ordonnée d’énergie (ou d’information), sans transport de matière.

Pondéré A (dB(A)) :

La lettre A signifie que le décibel est pondéré pour tenir compte de la différence de sensibilité de l’oreille à chaque fréquence en fonction du niveau sonore. Prends moins en compte les basses fréquences.

Puissance acoustique P :

A travers une surface, produit de la pression acoustique, p, par la composante normale de la vitesse instantanée d’une particule, un, en un point de la surface. LA puissance est exprimée en watts, cette grandeur représente l’énergie sonore aérienne rayonnée par une source par unité de temps.

Réponse impulsionnelle :

Evolution temporelle de la pression acoustique observée en un point de la salle par suite de l’émission d’une impulsion de Dirac en un autre point de la salle.

Son :

Le son est la vibration mécanique d’un fluide qui se propage sous forme d’onde grâce à la déformation élastique de ce fluide. Dans l’air, c’est une variation de pression atmosphérique (en pascal, Pa) qui se propage.

STI  (Speech Transmission Index) :

L’Indice de transmission de la parole est une mesure de la qualité de transmission de la parole. La mesure absolue de l’ intelligibilité de la parole est une science complexe. Le STI mesure certaines caractéristiques physiques d’un canal de transmission (une salle, l’équipement électro-acoustique, ligne téléphonique, etc.), et exprime la capacité de la chaîne à reproduire un signal de parole.

Tonalité marquée :

La tonalité marquée est détectée dans un spectre non pondéré de tiers d’octave quand la différence de niveaux entre la bande de 1/3 d’octave et les quatre bandes de 1/3 d’octave les plus proches (les deux bandes immédiatement inférieures et les deux bandes immédiatement supérieures) atteint ou dépasse les niveaux suivant pour la bande considérée (10 dB de 63 Hz à 315 Hz, 5 dB de 400 Hz à 1250 Hz et 5 dB de 1600 Hz à 6300 Hz). Les bandes sont définies par la fréquence centrale de tiers d’octave. Pour cela, examiner séparément la différence de niveau avec la moyenne énergétique des deux bandes inférieures et la différence de niveau avec la moyenne énergétique des deux bandes supérieures.

Laisser un commentaire